Le mot du chirurgien

le-mot-du-docteur-le-louarn

Dans une époque de chirurgie esthétique standardisée, prête à consommer, la chirurgie plastique de qualité se différencie plus que jamais par sa dimension “sur mesure “ associée à son excellence technique. Les techniques chirurgicales les plus actuelles se différencient des techniques habituelles par deux aspects : la diminution des risques et des solutions toujours plus précises et efficaces. L’excellence technique permet ainsi d’envisager l’acte opératoire pour des cas plus légers et/ou de répondre à des demandes plus précises des patients. La personnalisation toujours plus grande des interventions rend accessible des effets plus raffinés et élégants tout en préservant l’efficacité et la longévité du résultat.

En tant que chirurgien plasticien, je me dois d’éviter deux écueils : – considérer que je suis un artiste, et comme tel m’autoriser à délivrer des oukases sur les traitements esthétiques dont les patients auraient besoin. – Considérer que je suis un scientifique, et m’obnubiler par la performance technique en négligeant de prendre en compte les désirs, les peurs et les incertitudes des patients.

En fait, je me vois comme un artisan moderne ayant à cœur de fournir la meilleure chirurgie possible à des personnes positives donc à même d’en retirer la meilleure satisfaction .

Les interventions esthétiques sont entreprises dans le dessein, non pas d’embellir, mais d’améliorer le bonheur de vivre. Le patient confie au chirurgien son bien être émotionnel et donc, d’une certaine façon, non seulement son corps mais aussi son esprit et son âme. J’ai comme objectif de donner à chaque fois le meilleur de moi-même, tout autant que de garder comme priorité essentielle le respect du patient. En retour, j’attends de lui le même respect, une complète franchise, une pleine adhésion et une totale implication dans le projet. Ceci est fondamental, tant pour le patient que pour le chirurgien, afin de se donner les meilleures chances d’être au final, satisfait de l’intervention et de son déroulement.

Claude Le Louarn

 

Haut de page